samedi 29 décembre 2012

Le business de l'homme "amélioré" !


Cécile Denjean a réalisé un documentaire exceptionnel intitulé « Un homme presque parfait ».
Il a été diffusé dans l'émission « Infrarouge » du 9 juin 2011 sur France2.

Un petit tour d'horizon donc de la fuite en avant de notre société matérialiste, qui transforme peu à peu l'homme en machine.
De la substance à l'essence, de l'essence à la substance, la boucle est bouclée, et, la théorie de l'évolution dévoile son 
véritable nom : la théorie de l'involution.

« Science sans conscience n'est que ruine de l'âme »  François Rabelais


Bonnes fêtes à tous !
 



samedi 22 décembre 2012

USA, le massacre continue !


L'actualité m'impose de publier mon analyse concernant les prêts résidentiels hypothécaires aux USA.

En effet, l'Office of the Comptroller of the Currency (OCC) a rendu public hier soir son dernier rapport.
Cette étude d'un organisme officiel dépendant du trésor US concerne 58 % de la totalité des prêts hypothécaires aux USA.
29,8 millions de prêts sont concernés pour un montant total de 5100 milliards de dollars.

Pour évaluer l'état de santé de l'économie américaine, il existe trois grands indicateurs de référence que vous ne trouverez pas dans les journaux :
  • le nombre de SDF 
  • le nombre de sans emploi (qui n'a rien à voir avec le nombre de chômeur, voir blog)
  • l'état de l'immobilier, c'est à dire le taux de non remboursement des prêts ainsi que le nombre de saisies.
En ce qui concerne les saisies immobilières définitives (completed forclosures), le rapport de l'OCC indique une augmentation de 12,8% par rapport au deuxième trimestre 2012.
Le nombre de saisies est donc passé de 101 735 à 114 742 soit 13 000 saisies supplémentaires en trois mois !
En ces périodes de fêtes, une petite pensée pour ces 1247 américains expulsés de chez eux, chaque jour, me semble le minimum.
Ce chiffre devrait être à la une de tous les journaux.

Plus inquiétant encore, le taux de défaillance, c'est à dire de non remboursement de ces prêts, a lui aussi augmenté passant à 11,4% (Current and performing : 88,6%).
Lorsque l'on sait que la plupart de ces prêts ont été titrisés avec des effets de leviers énormes, inutile de préciser que le QE3 (quantitative easing) de Ben Bernanke, le big boss de la Fed, ira vers l'infini et au-delà.

Le triste record de 47 millions de personnes bénéficiant de coupons alimentaires (Food Stamps) au mois d'août 2012 devrait donc être pulvérisé pour les fêtes de Noël (voir blog).
En ce qui concerne les SDF, le seul indicateur vraiment fiable concerne celui de la ville de
New-York.
Là-aussi, le désastre est total avec une des villes les plus riches de la planète qui vient de franchir le cap des 20 300 enfants SDF !




mercredi 19 décembre 2012

Repenser la monnaie : Jean Claude Werrebrouck


L'économiste Jean-Claude Werrebrouck est un penseur à part.
Il a créé un blog, La Crise des années 2010 , dans lequel il nous offre des réflexions originales et particulièrement intéressantes.
Son livre, Banques centrales : indépendance ou soumission ? - Un formidable enjeu de société, est une source à laquelle doivent puiser ceux qui veulent penser le problème monétaire.


Dans cet ouvrage, Jean-Claude Werrebrouck nous livre ses réflexions au sujet de questionnements clés :
- "Quel est vraiment le rôle des banques centrales et en quoi leur fonctionnement est-il révélateur de celui de nos sociétés ?"
"qu'avons-nous fait, nous les peuples, en particulier peuples européens, en créant des banques centrales intouchables, c'est-à-dire proches du sacré ?"

Son dernier article, publié le 17 décembre 2012, intitulé Faux débats sur la banque universelle est un aperçu de l'importance de ses textes.
Merci à Jean-Claude de nous donner sur ce blog son analyse.

Faux débats sur la banque universelle 

La promesse présidentielle de cloisonnement des banques universelles devient, en ce début d’hiver 2012, débat à l’Assemblée Nationale. Et avec ce dernier, beaucoup d’avis donnent lieu à une littérature abondante qui, hélas, laisse de côté la question essentielle : est-il légitime de laisser aux banques le pouvoir de création monétaire ? 
Ce que, dans leur jargon, les économistes évoquent sous le terme de système à « réserves fractionnaires ».

Construire un mur
 
La question du cloisonnement n’est certes pas inintéressante et il est éthiquement logique de vouloir protéger les dépôts des clients des risques pris par le compartiment « marché ». Démarche d’autant plus logique que la crise financière dans sa version initiale (2008) a obligé les Etats à intervenir et à élargir le niveau de protection à peine d’un effondrement planétaire. Les tenants de « l’aléa moral » souhaitent donc  revenir à un modèle proche du Glass Steagall Act de 1933. On peut évidemment longtemps discuter des modalités du cloisonnement : celles du Dobb Frank Act et de la règle Volcker, celles issues du rapport Vickers ou celles issues du rapport Liikanen, ou enfin celles proposées par le gouvernement français et qui seront discutées au parlement. Toutes ces modalités, concernent très simplement, la question de  l’épaisseur du mur de protection contre un tsunami financier, issu du compartiment marché et des activités spéculatives qui s’y réalisent, notamment en « propriatary trading », c’est-à-dire la spéculation en compte propre.

 
Maintenir l'universalité
 
Aux partisans d’un mur dont l’épaisseur fait débat, s’oppose tout naturellement le lobbying bancaire, dont la puissance repose d’abord sur les rapports fusionnels entretenus avec les entrepreneurs politiques et qui, en France, passe aussi et peut-être  d’abord, par ce plus petit commun dénominateur qu’est l’Inspection Générale des Finances. Les arguments présentés sont simples : il ne saurait exister de frontière identifiable entre activités classiques de gestion de compte et de crédit et les activités de marché  ne sont que le prolongement nécessaire des premières. Idée d'autant plus crédible que le client, notamment industriel, ne se découpe pas en tranches. Ainsi, lorsqu’un client  de la BNP demande un crédit libellé en monnaie étrangère, il met nécessairement en mouvement les deux compartiments, d’où l’apparent bien-fondé de l’idée de banque universelle, en tant qu’entité réduisant les coûts de coordination et de transaction. La puissance du lobbying français est sans doute différente de celle du lobbying américain, (ce dernier est constitué d’une armée  25 fois plus nombreuse que celle représentant l’addition de la totalité des représentants syndicaux et des associations de consommateurs) mais il est tout aussi efficace. On peut donc penser que la loi française sera aussi douce que la loi Dodd-Frank dont les décrets d’application  atténuent grandement une rigueur de simple apparence.

Interdire la spéculation 
   

Il existe toutefois une autre opposition, plus spécifiquement une contre-proposition face à l’idée de séparation. Celle-ci consiste à dire, qu’il ne faut pas cloisonner ce qui ne peut l’être vraiment, en raison de nouveaux comportements d’adaptation donnant lieu à de nouvelles créativités financières. Il faut simplement interdire la spéculation, et transformer en délit personnel, donc délit touchant directement les dirigeants des établissements bancaires, le « proprietary trading ».

L’idée est séduisante mais pose de multiples problèmes quelle que soit la portée d’un texte d’interdiction.

S’il devient interdit de spéculer en général, il est clair que les opérations, simples et importantes du point de vue de la gestion des entreprises réelles, seront transférées vers d’autres juridictions. A titre de simple exemple, Il semble en effet impossible de supprimer des instruments comme les marchés à terme de matières premières ou de devises. L’interdit devient ainsi une radicale perte de compétitivité bancaire, avec réel danger pour le pourtant très simple compartiment des dépôts. Si maintenant, l’interdit porte simplement sur des paris concernant des produits dont les participants n’en ont pas un usage commun, il y aura tarissement de la liquidité -la très fameuse perte de  profondeur de marché- et perte d’efficacité des instruments légitimement utilisés. D’où là aussi, risque de transfert vers des juridictions plus clémentes.


L’alternative au décloisonnement, qui consiste tout simplement à faire disparaitre l’un des deux compartiments bancaires, est ainsi peu envisageable et on peut compter sur le lobbying bancaire pour ne pas faire émerger une telle réflexion, ce qu’empiriquement nous constatons : la simple et légère taxation ( 0,01% sur les contrats dérivés)  sur transaction de produits financiers, a déjà donné lieu à bien des péripéties. Notons d’ailleurs, que cette fort timide taxation sera de fait aisément contournable, et que seule une mise en œuvre supranationale serait susceptible d’éviter l’évasion.

 

Interdire la création monétaire
 

Il existe toutefois une toute autre piste, qui n’a pas besoin d’être repoussée par le lobbying susvisé, tant elle est éloignée du champ de la simple conscience politique : l’interdit de la création monétaire par les banques et, ce faisant, le rétablissement de la souveraineté monétaire.

Personne en effet n’évoque que pour l’essentiel, la très rapide croissance monétaire est le fait des banques par le biais des opérations de crédit. Ce qui signifie, que la masse monétaire, dont le coût de production est rigoureusement égal à zéro, est constituée pour l’essentiel de dette donnant lieu à versement de rente, laquelle est très largement prélevée sur la richesse produite par l’économie réelle. Et il s’agit effectivement le plus souvent  de rente, puisque la dette produite, n’a pas nécessairement pour contre-partie, un investissement productif de richesse supplémentaire, ce qui est le cas de l’essentiel du crédit immobilier que l’on titrise, du crédit à la consommation, des titres de la dette publique et de nombreuses autres formes de dettes supports des activités de pure spéculation. La dette augmentant plus que proportionnellement au PIB - ce que mesure bien la masse monétaire qui augmente 3 à 4 fois plus vite que le PIB – la part de marché de l’industrie financière n’a cessé d’augmenter, tandis que les salaires de ses dirigeants augmentaient beaucoup plus rapidement que ceux de l’industrie. Les travaux d’Olivier Godechot de Paris School of Economics ont ainsi pu révéler, que si depuis 1996 les revenus d’activité du top100 des cadres hors finance ont été multipliés  par 3,6, ceux du top 100 des cadres de la finance ont été multipliés par 8,7.

La vraie question du repositionnement des banques, est donc bien dans leur pouvoir exorbitant de prélever une rente sur  une monnaie créée  à coût nul, une monnaie dont la base légale est pourtant celle de l’Etat: "la monnaie comme créature de l'Etat", disait Lerner. Derrière cette question se pose donc naturellement la question de l’indépendance des banques centrales, des banques qu’il est urgent de renationaliser en leur donnant le monopole de la création monétaire.

Mais là encore, qui aura le courage de revenir sur plusieurs dizaines d’années d’abandon de ce bien public qu’est la monnaie ? Parions qu’aucun parlementaire n’évoquera le problème de la création monétaire en discutant, de cette tempête dans un verre d’eau, qu’est le projet de loi sur la fin de la banque universelle : son propos serait totalement incompris de ses collègues. Et ce silence ne relèvera d’aucun groupe de pression, d'aucune intrigue, d’aucun complot, mais du simple et pourtant  fantastique poids d’une idéologie dominante, une idéologie qui écrase les hommes. 
Décidément la fin de la crise n’est pas pour demain. 


lundi 17 décembre 2012

Repenser la monnaie


Face aux nombreux questionnements concernant un de mes articles, je fais ici une pause concernant l'économie chinoise que je reprendrai plus tard.
La science économique est aujourd'hui en crise. Ses grandes lois édictées avant l'apparition de l'ingénierie financière, de l'informatique, du trading quantique ne sont plus valables.
Voici 3 vidéos qui expliquent la relation de la monnaie avec l'inflation, dans lesquelles la formule MV=PQ est étudiée. La grande doxa monétariste...
J'ai ainsi mis en ligne ces vidéos suite aux nombreuses questions sur la façon dont les économistes mesurent l'inflation. Les sites Agoravox, Alterinfo et surtout Yahoo actualité ont en effet publié mon analyse intitulée exponentielles chinoises, économie et psyché.

Voici donc trois vidéos qui reprennent les fondamentaux sur la monnaie. Je ne laisse aucun commentaire dans un premier temps car j'attends d'abord vos réflexions et analyses que je publierai.
Un débat doit s'engager afin d'avancer sur ce point précis, car, notre conception de la monnaie doit être désormais dépassée. A vos plumes donc...


Pour ouvrir le débat, voici une analyse intéressante qui permet de mieux situer le problème. Elle est publiée sur le blog de L'Institut Coppet qui reprend les écrits de Carl Menger sur la problématique de la monnaie.
En voici de brefs extraits qui mettent en valeur les points qui me semblent clés :



LA MONNAIE MESURE DE VALEUR
Carl Menger
Revue d’économie politique, Vol. VI (1892)

 I. Introduction.
"Suivant la doctrine régnante, la fonction primitive et principale de la monnaie consiste à mesurer la valeur d’échange des biens d’après sa propre valeur d’échange. On estime donc que la valeur de l’argent est une grandeur connue, tandis que celle des autres objets d’échange doit être déterminée en la mesurant par la première.

La constatation du fait que la valeur de l’argent lui-même n’est pas une grandeur fixe, mais diffère et varie suivant les temps et les lieux, a fait voir dans la monnaie une mesure très imparfaite ; aussi en a-t-on cherché de moins variables, le travail, par exemple, ou le blé et récemment d’ingénieuses combinaisons de monnaie métallique et fiduciaire, enfin des groupes de biens plus ou moins nombreux. Ce progrès n’a pas changé l’opinion sur l’objet qui nous occupe. On admet toujours que le quantum de valeur renfermé dans la marchandise est une grandeur inconnue qui doit être mesurée par le quantum de valeur renfermé dans le numéraire, lequel resterait une grandeur connue, bien que variable.
Cette opinion, d’importance extrême, repose sur deux erreurs dont la rectification préliminaire est indispensable à la conception positive de la monnaie en tant qu’elle sert à mesurer la valeur : 
1° l’idée qu’une certaine valeur d’échange est un quantum déterminé inhérent à chaque bien individuel ;
2° l’idée que ce quantum supposé inhérent à chaque bien peut être mesuré par le quantum de valeur renfermé dans l’unité monétaire...

 II. Le problème réel.

Le rôle de l’argent dans la mesure des valeurs a été mieux compris par le monde des affaires, par la jurisprudence et par les économistes voués à la pratique plutôt qu’à la spéculation. Ceux-ci trouvent bien la valeur des marchandises dans l’objet qu’on donne en échange, — dans la somme d’argent payée pour les obtenir ; — et trouvent dans la grandeur variable de ces équivalents la mesure des variations de cette valeur... 

L’idée tellement dominante dans notre science d’un prix fixé par les conditions du marché, auquel on pourrait indifféremment acheter ou vendre, est donc une illusion dont l’expérience fait prompte justice...

Cette manière de voir comporte naturellement l’obligation d’étudier inversement la valeur extrinsèque de la monnaie (exprimée en marchandises), son essence, sa mesure et ses changements. Ce problème a été soulevé récemment de plusieurs côtés, mais on ne saurait méconnaître que la notion de la valeur d’échange extrinsèque manque généralement de clarté et de précision dans ses applications au numéraire. C’est que la valeur du numéraire exprimée en marchandises ne change pas seulement avec les temps et les lieux, mais qu’elle varie encore en diverses mesures et même en divers sens d’après l’espèce de marchandise qui sert à l’exprimer. Et encore l’expression de la valeur de l’argent en une certaine marchandise (en fer, en blé ou en charbon) ne nous est que d’une petite utilité, chacune des marchandises ayant ses propres variations...

Les causes qui déterminent les fluctuations des prix tiennent, les unes aux marchandises, d’autres à l’argent lui-même, d’autres enfin influent simultanément sur les deux termes. Il faut donc se demander quelle est la part de l’argent dans le mouvement des prix. C’est le problème de ce que nous appelons — faute d’un terme plus adéquat — celui du mouvement de la valeur intrinsèque de la monnaie."


Le blog de L'Héritique reprend d'ailleurs les idées de l'école autrichienne sur la monnaie et donne des pistes à approfondir.

"Thierry Aimar sans les apports de l'école autrichienne d'économie, après la praxéologie, aborde la genèse de la monnaie et la problématique de la formation des marchés.
Thierry Aimar aborde tout d'abord l'échange bilatéral direct, c'est à dire la situation de troc. On a vu que l'ignorance des acteurs économiques était une conséquence du modèle praxéologique, puisqu'il est impossible, dans ce modèle, de connaître quoi que ce soit du futur, donc d'anticiper.
La situation d'échange bilatéral réduit cette ignorance puisqu'elle permet aux acteurs de déterminer approximativement l'appréciation que chacun se fait de la quantité de biens échangés, tout du moins, au moment de la transaction.
L'inconvénient, c'est que l'acteur n'a aucun moyen d'évaluer la préférence et la valeur que d'autres acteurs vont ensuite accorder à des biens par la suite. Il y a donc un phénomène de dispersion du savoir.
Toutefois, en multipliant les transactions, en marchandant et en négociant, les interlocuteurs, par un processus d'essais et d'erreurs peuvent petit à petit cartographier les intérêts de l'un et de l'autre. Dans une économie de troc, et pour une zone limitée, il est donc envisageable que se forme un marché par tâtonnements réciproques.
Les choses se compliquent avec l'apparition de la monnaie, qui est un bien intermédiaire pour échanger, dont la particularité, fort pratique, est d'être bien plus liquide que le bien ordinaire moyen. Ce bien permet de rationaliser et de relier les différentes cartographies issues des échanges bilatéraux et favorise donc l'émergence d'un marché défini comme l'ensemble des échanges inter-personnels directs.
Mises distingue la praxéologie dont le champ est l'économie au sens large, et la catallaxie qui analyse les actions uniquement sur la base de calculs en monnaie.
La catallaxie n'est nullement le fruit d'un contrat entre individus, et pas davantage l'émanation d'un pouvoir supérieur, mais simplement l'expression de la coopération entre individus. Le marché naît donc de l'inter-action des stratégies individuelles.
Toute la problématique d'un économiste comme Hayek, c'est justement de reconstituer le processus par lequel un ensemble d'actions humaines peut produire un ensemble cohérent et des structures durables. La médiation de la monnaie est à cet égard révélatrice : elle est le produit naturel de l'économie humaine. Ce que Mengler appelle une institution organique, c'est à dire nullement planifiée, mais au contraire, se révélant à elle-même par le jeu de l'échange. Chaque agent cherchant à à élargir son horizon finit par sélectionner une catégorie de biens acceptables par quiconque dans l'échange.
La difficulté théorique qu'engendre le modèle praxéologique, ce n'est pas dans l'échange qu'on la trouve, mais dans la représentation du marché : par quelle procédure les acteurs d'un échange connaissent-ils la demande exprimée par un tiers si aucun échange direct ne s'est produit avec ce dernier ?
Et comment les agents peuvent-ils disposer d'une information dispersée et évolutive qui ne peut être acquise par l'introspection (catégories logiques de la praxéologie) ni par l'apprentissage issu de l'échange direct ? Mises suppute que la raison prélude aux processus sociaux, et que dans cette optique, l'association et la division du travail sont consubstantiel ou quasiment à la formation de la société humaine.Mais la connaissance des stocks de biens à écouler devrait préexister à la division du travail. Or, les individus sont bien trop hétérogènes pour pouvoir déterminer praxéologiquement (ou empiriquement)  leurs préférences et leurs connaissances.
Subséquemment, comment les prix de marché peuvent-ils se former, puisque pour que cela soit possible, l'information incorporée dans les prix de marché devrait être accessible à tous. Or, s'il existe bien une somme totale de la connaissance du marché, elle n'existe jamais autrement que sous forme dispersée et parfois contradictoire.
Ces interrogations sans réponses amènent Hayek à mettre en avant que des hypothèses extérieures, mais non contradictoires doivent être ajoutées à la logique pure des choix, telle que l'édicte la praxéologie. Ni plus ni moins, cela revient à réintroduire des données empiriques dans l'analyse : or, si l'étude de l'échange marchand ne relève pas uniquement de catégories a priori, quelle va être la légitimité d'hypothèses auxiliaires ?
Hayek (peut-être inspiré par Popper) réintroduit la démarche empirique mais uniquement aux fins de vérifier la falsifiabilité ou non d'une théorie. Il doit exister une référence empirique permettant non de fonder, mais de tester les conclusions d'une théorie. La question étant bien  sûr de déterminer les référents empiriques."



mardi 11 décembre 2012

Exponentielles chinoises, économie et psyché


Pour mesurer la masse monétaire et donc l'inflation, on utilise des agrégats. des indicateurs qui sont classés par degré de liquidité.
La meilleure définition de la liquidité n'est pas dans les ouvrages d'économie mais dans ma boîte mail, envoyée par un ami, la voici :
"Les systèmes de répartition (ou de rationnement) s'appliquent aux rapports établis avec des biens matériels, qui sont liquides, c'est à dire que pour les avoir, il faut les soustraire à autrui. Toute l'économie est une mécanique de répartition des biens liquides. Cette mécanique est stérile, inefficace, absurde et injuste,"

M0 est donc la base monétaire, c'est à dire l'ensemble des pièces et billets en circulation ainsi que les réserves et facilité de dépôts de la banque centrale.
M1 =  M0 + dépôts à vue.
M2 =  M1 + dépôts à préavis < 3 mois + dépôts à terme < 2 ans.
M3 = M2 +  OPCVM monétaires, créances ≤ 2 ans, certificats de dépôt.
M3 a disparu aux USA en mars 2006 ( death of M3).




Source : St Louis Fed research


En ce qui concerne M3, les statistiques de l'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économiques, se passent de commentaires. En octobre 2012, l'indice M3 de la Chine avait augmenté de  345,5% par rapport à 2005.
Source : OCDE

Face à la crise, la banque centrale chinoise, à l'exemple de la FED ou la BCE, joue les pompiers, c'est à dire quelle injecte des centaines de milliards de yuans dans l'économie.

Source : Also Sprach analyst

Lorsque l'on voit les niveaux des indices M1, M2 et M3 partout dans le monde (lorsqu'ils existent, ) et surtout leur progression, on se demande quand cela stoppera, car, bien sûr, rien ne peut aller vers l'infini et au-delà.

Cependant, les économistes oublient souvent que la masse monétaire n'est qu'une donnée
de l'équation (MV = PQ).
En effet, le facteur vitesse est la clé. On comprend mieux pourquoi on utilise l'informatique, les robots traders. On joue sur la vitesse, à l'image d'Alice au pays des merveilles, pour compenser la baisse de liquidité générale.Souvenez-vous :
« Mais, Reine Rouge, c'est étrange, nous courons vite et le paysage autour de nous ne change pas ? » Et la reine répondit : « Nous courons pour rester à la même place. »

Cosmopolis, le roman phare de Don DeLillo (2003) reprenait cette idée. Face à la baisse des profits, l'homme (l'hybris) s'affronte à Chronos, tente de le fractionner en unités toujours plus petites, et, sans le savoir génère le chaos, la fameuse entropie du système.

Les débats sur la monnaie qui encombrent notre temps de cerveau disponible, n'ont que peu d'intérêts car, in fine, la monnaie n'est qu'une information. Pour pousser l'analyse plus loin, elle n'est qu'une convention, un archétype issu de notre inconscient collectif.
La science économique se heurte ainsi à une barrière infranchissable, notre psyché.


MOAN : Impact de la crise systémique



Le FMI (IMF en anglais) a publié une étude le 19 novembre 2012. Cette étude concerne les perspectives économiques du Moyen-Orient, Afrique du Nord (MOAN), ainsi que celles de l'Afghanistan et du Pakistan.
L'impact de la crise est calculé par rapport à une baisse de 1% du PIB en Chine, aux USA et en Europe avec donc 3 graphiques distincts.

Le Maghreb sera ainsi fortement touché par la crise systémique mondiale et surtout européenne (zone euro).

Source pages 20-21/49 :  FMI
 

samedi 8 décembre 2012

Le crash test économique chinois



Au mois d'octobre 2012, les importations chinoises ont lourdement chuté et sont même descendues sous la moyenne de 2011 (145 milliards de dollars).
Les exportations ont aussi nettement baissé après le boum des commandes de Noël.

Lian Ping, économiste en chef de la Bank of Communications, la plus ancienne des banques chinoises, a ainsi déclaré en  
décembre 2012 :
« La baisse des exportations chinoises a non seulement entraîné la tendance à la baisse de l'économie chinoise, mais compromettra d'autres secteurs. Par exemple, sans commande, les entreprises concernées sont obligées de réduire leur production, voire font faillite, créant des problème d'emploi ; d'ailleurs beaucoup de ces entreprises sont à forte densité de main-d'œuvre. D'autre part, les exportations concernent aussi les achats des matières premières et l'énergie, il s'agit d'une longue chaîne de production. Si celle-ci continuait à s'étendre, cela compromettrait la chaîne globale de l'économie du pays. Nous ne devons pas négliger l'impact de la réduction des exportations. »

Que se passe-t-il ? L'ensemble de la presse mondiale met pourtant en avant la hausse des exportations. Il suffit d'ailleurs de faire une recherche sur Google actualité en tapant "hausse des exportations chinoises" pour découvrir le remarquable travail de nos chers journalistes de la presse écrite...
Pour mieux comprendre le problème, rien ne vaut un bon graphique dont les données proviennent du Ministère du Commerce de la République populaire de Chine (lien sous le graphique).


Avec plus de 60 millions de chinois travaillant uniquement pour l'export, on comprend l'inquiétude du gouvernement chinois.
De plus, les importations connaissent une chute sans précédent que certains attribuent au dynamisme du marché intérieur (ma prochaine étude). En fait celui-ci va très mal et, par exemple, le marché automobile chinois est en crise.
Xinhua, la principale agence de presse chinoise, indique que la vente de véhicules avait diminué de 0,73% en octobre en Chine. La production (de véhicules) ayant elle aussi reculé de 4,48% par rapport à septembre.
Sourcefrench.china.org


Pas de doute, la Chine commence à sérieusement ressentir les effets de la crise. La question est désormais de savoir comment elle se sortira de ce véritable crash test économique...



jeudi 6 décembre 2012

Quand la Chine tremblera, le dollar s'effondrera


La dette publique des USA atteint aujourd'hui 16 239 milliards de dollars.
Source : US Debt Clock

Avec un PIB, que j'évalue à environ 15 663 milliards de dollars (0,8% de progression du PIB par trimestre, voir Blog), les USA ont donc atteint en décembre 2012, 103% de dette par rapport au PIB. 3% de plus en neuf mois !

Or, il faut savoir qu'un peu plus de 33% de la dette US est financée par l'étranger (une exponentielle).


Source : St Louis Fed research

Il est intéressant de constater que l'essentiel de cette dette est détenue par 2 pays, la Chine avec 1155 milliards de dollars en septembre 2012, et le Japon avec 1130 milliards de dollars. Pour avoir un ordre de comparaison, la France détenait 48,7 milliards de dollars de la dette US à la même période.


Source : treasury.gov

En novembre 2012, le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda avait "agité le spectre d'une paralysie complète de l'Etat" en raison de l'ampleur de la dette (236% du PIB). Le financement de la dette US par le Japon est donc terminée.
Source : leparisien.fr

Plus inquiétant encore, en 2013, lorsque le chômage explosera en Chine entraînant grèves et révoltes (chute du PIB en dessous des 7% de croissance), le gouvernement chinois n'aura pas d'autre solution pour survivre que d'injecter des centaines de milliards de yuan dans l'économie. La Chine devrait donc cesser de financer les dettes étrangères en 2013 et surtout celle des USA.
  
Alain Peyrefitte avait donc tort et raison à la fois, et, aujourd'hui, son analyse doit être inversée
En effet, quand la Chine tremblera, le dollar s'effondrera...

vendredi 30 novembre 2012

Chine, écocide et terres rares



Les terres rares regroupent un ensemble de métaux rares comme l'yttrium, indispensable pour la fabrication de leds et de lasers ou le dysprosium. Le prix du dysprosium, un métal de numéro atomique 66, très utilisé dans l'industrie aéronautique, a, par exemple, vu son prix passer de 103 dollars/kg en janvier 2008 à 2830 dollars/kg en juillet 2011.
Les métaux rares, indispensables à la haute technologie sont donc au coeur de conflits géostratégiques.
Pour fabriquer un smartphone, il faut extraire les métaux rares d'une tonne de terre environ.

Source : Globe

Pour l'industrie du High Tech, la fête est terminée et les processus d’innovation doivent enfin intégrer le poids des ressources, un très gros coup de frein en perspective.

D'après le United States Geological Survey (USGS), l'Institut d'études géologiques des États-Unis, la Chine détiendrait plus de 50% des réserves mondiales d'oxydes de terres rares. Mais c'est surtout la production qui pose problème, car là, le monopole de la Chine est total avec plus de 97 % de la production mondiale en 2011, soit 130 000 tonnes.


Le 8 avril 2012, Su Bo, vice-ministre de l'Industrie et des Technologies de l'information, lors de la fondation de l'Association chinoise des terres rares avait déclaré :
« Il faut injecter sept ou huit tonnes de sulfate d'ammonium dans le sol pour extraire une tonne d'oxyde, ces liquides toxiques vont résider longtemps et les conséquences seraient épouvantables si l'eau souterraine était polluée ».
Le Quotidien du Peuple indiquait ainsi que "d'après les estimations préliminaires, le rétablissement de l'environnement coûtera 38 milliards de yuans à la ville de Ganzhou". Un chiffre a comparer avec "le bénéfice de 6,4 milliards de yuans des 51 entreprises du secteur de la province du Jiangxi" directement liées à l'exploitation des terres rares autour de Ganzhou.
Nous le percevons clairement, le coût écologique est largement supérieur aux bénéfices.
Source : Le Quotidien du Peuple en ligne

Ce sont donc 910 000 tonnes de sulfate d'ammonium, un mélange de sels d'ammonium et d'acide sulfurique, clairement identifié comme agent mutagène dangereux (voir source) qui ont été déversés sur les sols chinois en 2011.
Source (Item 11 - toxicité) : Sulfate d'Ammonium

Il est d'ailleurs incroyable que l'additif E517 (Sulfate d'ammonium) soit utilisé comme agent de traitement des farines à moins de s'inspirer du chant X de l'Odyssée d'Homère...

La prise en compte du facteur environnemental par les autorités chinoises initiée par la pression populaire est un tournant décisif. Les émeutes de Qidong et Shifang en juillet 20012, Ningbo en octobre 2012, toutes liées à des problèmes de pollution ou d'implantation d'usines chimiques, démontre le ras le bol de la population chinoise.
  
La sale guerre des terres rares est un excellent documentaire de Guillaume Pitron, sur un sujet essentiel, dont on parle peu.





jeudi 29 novembre 2012

L'économie chinoise dans le creuset


Après avoir fait un petit topo de la situation américaine, je vais aborder le cas chinois.
Cette série de graphiques et d'analyses sera regroupée in fine au sein d'une étude complète.


La Chine est frappée de plein fouet par la crise, le prix des denrées alimentaires et le chômage ont explosé. Emeutes de la faim, grèves, conflits, fleurissent un peu partout sur l'ensemble du territoire chinois.
La Chine a officiellement reconnu 80.000 «incidents de masses» (des émeutes et manifestations) en 2007, un chiffre qui est passé à 
120 000 en 2008 avec le début de la crise.


Or, il n faut pas perdre de vue qu'avec 20 millions de nouveaux arrivants par an à intégrer dans le marché de l'emploi, la Chine a l'obligation de dépasser les 7% de croissance chaque année, le seuil minimum. 



On le voit, la Chine s'approche dangereusement des 7% qui est pour ma part la limite de rupture.
Au T4 (2012),  la Chine, malgré les commandes de Noël, devrait frôler cette limite.
  
D'ailleurs, ce ralentissement de l'économie chinoise est clairement perçu par les marchés et le Shanghai Stock Exchange (SSE), l'indice qui regroupe toutes les valeurs cotées à la bourse de Shanghai,  s'effondre totalement.

Source : zonebourse

Le mur des 1700 points (crise de 2008) sera franchi en 2013 ainsi que le point de rupture des 7% de croissance. Elle devrait atteindre le chiffre de 5% au T4 2015.

vendredi 23 novembre 2012

Capitalisme financier, management et décadence

J'ai estimé qu'il était de mon devoir de prendre beaucoup de peine pour aboutir finalement à une conclusion paradoxale : le capitalisme est en voie d'être tué par ses réussites mêmes.”

Cette sentence de l'économiste Joseph Schumpeter dans son ouvrage Capitalisme, socialisme et démocratie, publiée en 1942, prend une résonance toute particulière aujourd'hui.

Le capitalisme financier, devenu un Deus ex Machina incontrôlable, détruit lentement mais sûrement toute structure sociale en inversant les valeurs. En effet, l’économie n’est plus au service de l’homme, l’homme est même devenu son esclave.

La Mise à mort du travail, est un documentaire exceptionnel de Jean-Robert Viallet (2009) qui nous plonge au coeur des méthodes de management actuelles.

Voici donc une vidéo essentielle qui permet de comprendre comment nous avons pu en arriver là.


Joe Kovskee (http://joekovskee.blogspot.fr/) a laissé quelques lignes au sujet du cas Schumpeter que je ne mets pas dans la rubrique commentaires, mais sous la vidéo.

À encore plus long terme, Schumpeter partage avec Marx l’inévitabilité du déclin et de la fin du capitalisme. Il partage avec le philosophe allemand la notion de concentration du capital issu du succès des grandes entreprises. Ils soutiennent tous deux qu’apparaîtra un sentiment d’hostilité chez les travailleurs envers les dirigeants d’entreprises, simple administrateurs à la solde des rentier-capitalistes qui sont véritablement propriétaires. Les causes de la fin du capitalisme sont endogènes pour les deux penseurs. Mais Schumpeter se distingue sur le point qu’il ne croit pas qu’une masse populaire puisse organiser un plan d’action cohérent pour renverser le capitalisme et mener à terme le socialisme. Ce n’est pas avec la classe prolétaire mais plutôt avec celle des intellectuels qu’il annonce la mort du système capitaliste. Ce dernier exhorte la formation de cette classe grâce au progrès du système éducatif. La logique Schumpétérienne prévoit ainsi la surproduction des intellectuels en dépit des besoins nécessaires aux professions libérales. Ces intellectuels en surnombre, déconsidérée de valeur marchande, donc peu rémunérés, auraient tout intérêt à s’opposer au discours de l’esprit d’entreprise, de l’argent en général et du capitalisme au sens large. On appréhende la suite subséquente du point de vue Schumpétérien :

«Le capitalisme se sclérose ainsi progressivement de l'intérieur, pour des raisons sociales et politiques, au fur et à mesure que des majorités démocratiquement élues choisissent de mettre en place une économie planifiée accompagnée d'un système d'État-providence et de restriction des entrepreneurs. Le climat intellectuel et social nécessaire à l'esprit d'entreprise et d'innovation, et donc à l'apparition d'entrepreneurs, décline et finit par être remplacé par une forme ou une autre de socialisme, encore plus sclérosant. Les gouvernements ont alors notamment tendance, pour être populaires, à développer l'« État fiscal » et à transférer le revenu des producteurs vers les non-producteurs, décourageant l'épargne et l'investissement au profit de la consommation, ce qui crée une pression inflationniste croissante. Dans toutes décisions, les gouvernements démocratiquement élus ont alors tendance, pour garantir leur réélection, à privilégier le court terme au détriment du long terme[9]».
 

Tout pessimiste qu’il est, Schumpeter n’aime pas la vision d’avenir qu’il soutient. Il croit sincèrement que la libre concurrence capitaliste est le meilleur système économique qui soit. Néanmoins, il n’a aucune idée sur comment éviter sa dégradation jusqu’au socialisme. C’est la critique centrale de Schumpeter sur le système économique qu’il privilégie ; le capitalisme s’autodétruira éventuellement car il correspond à un cycle économique encore plus grand que celui des technologies et qu’à long terme la grande entreprise « étouffe toute velléité d'imagination ». Imprégné d’une bureaucratie croissante, de gestionnaires et de technocrates, la grande entreprise encourage la recherche de carrière stable, de salaire régulier, de conditions de travail et de statuts sociaux avantageux, ce qui conduit à raisonner en termes de concurrence comparative entre salarié et non en termes de concurrence absolue comme c’est le cas chez les entrepreneurs prêts à prendre des risques. 
" Le capitalisme ne peut poursuivre sa marche en avant qu'à condition que perdure l'esprit des entrepreneurs qui seul fait sa force[10]".



mercredi 21 novembre 2012

Les États-Unis, rois du pétrole dès 2020




Le désastre social américain !



La plupart des journaux mettent en avant la baisse du nombre de chômeurs aux USA. Cependant, ils n'analysent pas ces chiffres qui révèlent une autre réalité.
En effet, le chômage baisse car des millions d'américains ont dépassé la durée maximale de perception des allocations chômage. Ils ne perçoivent donc plus ces allocations et disparaissent des statistiques.
La plupart des Etats américains versent une allocation chômage (State Unemployment Insurance Benefits) pour une durée maximale de 26 semaines alors que la durée moyenne de chômage est de 40,2 semaines !
"Benefits can be paid for a maximum of 26 weeks in most States" dans le document ci-dessous à la section benefits..
Source : United States Department of Labor

Pour bien percevoir l'ampleur du désastre social américain, le graphique de la durée moyenne du chômage est éloquent, une belle exponentielle (en rouge) !


Source : FED of St Louis research

Depuis le mois de juillet, ce chiffre est en constante augmentation (+ 1 semaine en deux mois).

Tout va donc mieux et je remercie mes confrères journalistes de la presse écrite pour leur remarquable travail. Encore un petit effort et il ne se vendra plus de journaux bientôt.

D'ailleurs, selon l'USDA,  le département de l’Agriculture des États-Unis chargé de l'alimentation et de l'agriculture, 15% des ménages américains étaient en insécurité alimentaire en 2011.





Source graphique page 12/37 : USDA

47 millions de  personnes bénéficiaient de coupons alimentaires (Food Stamps) au mois d'août 2012, avec, là aussi, une belle exponentielle :









lundi 19 novembre 2012

Immobilier US, dette et finance !


10,7% des crédits immobiliers sont susceptibles de ne pas être remboursés (septembre 2012) en Espagne (182 milliards d'euros). Les USA connaissent exactement le même problème, mais avec des montants autrement plus importants.

Le taux des crédits immobiliers non remboursés aux USA est en effet de 10,77% (Q3-2012) :



Source : St Louis FED Reseach

Les crédits immobiliers représentent  5 222 milliards de dollars aux USA et l' OCC, l'organisme gouvernemental de contrôle des banques, avance même le chiffre de 11,3 % (crédits immobiliers non remboursés, 88,7 % current and performing page 13/70) au deuxième trimestre 2012.
Source : Office of the Comptroller of the Currency

Les pertes sur ces crédits sont évaluées à plus de 400 milliards de dollars. Mais ce n'est pas tout, ces prêts immobiliers ont donné lieu a une vaste titrisation, un procédé qui transforme les dettes en titres financiers.
Les ABS (asset-backed security) créés par titrisation reposent ainsi pour une grande part sur les crédits hypothécaires. En cas de défaut de l'emprunteur, l'intégralité de l'obligation n'est pas remboursée, de vastes pertes pour les banques en perspective...

Plus grave encore, une partie des titres de dettes basés sur des prêts bancaires appelés Collateralised Loan Obligation (voir CDO) vont partir en fumée. Il est intéressant de savoir que ces CDO représentent plusieurs centaines de milliards de dollars dans le monde, dont une grosse partie aux USA. De plus, le lien entre ces CDO dits synthétiques et les fameux CDS (Credit Default Swap) est le parfait exemple de ce que la finance peut faire pour gagner de l'argent vers l'infini et au-delà. La banque de France met en ligne un pdf qui explique le fonctionnement de ces CDO, un document qui nous révèle les arcanes des banques d'affaires :

"S’agissant des opérations non financées, le CDO est adossé intégralement à des CDS et équivaut à un panier de CDS. La capacité du véhicule à indemniser l’initiateur en cas d’événement de crédit dépend alors de la solvabilité des acquéreurs du CDO. Enfin, dans le cas le plus fréquent des opérations partiellement financées, le transfert de risque aux investisseurs s’opère pour partie via des CDS et pour partie par émission de titres de créance (cf. schéma ci-dessous). Ces montages comportent généralement un CDS d’un montant notionnel important par rapport aux tranches émises, appelé swap « super senior » car il bénéficie de la subordination de la tranche senior et constitue ainsi la partie de la structure la mieux immunisée contre les pertes. Le swap engendre néanmoins un risque de contrepartie et, de ce fait, est contracté avec une entité très bien notée (en général un assureur spécialisé dans la couverture du risque de crédit, appelé « monoline », ou une banque de premier rang). Le principal attrait de ce genre de montage pour les banques cédantes qui y ont recours réside dans le fait qu’il permet d’amples transferts de risque de crédit et, partant, d’importantes économies de fonds propres, à un coût bien moindre que celui des CDO financés, grâce à une réduction substantielle du montant des tranches à placer auprès des investisseurs. En outre, l’achat de protection par le biais d’une tranche super senior se révèle bien moins coûteux (10 points de base de prime) que la rémunération servie sur une tranche senior de notation 
AAA (Euribor + 50 b), du fait de la préférence des contreparties super senior (et, notamment, des assureurs « monoline ») pour assumer le risque de crédit sans le financer."


Source page 5/21 : Banque de France (encadré 2)

Assumer le risque de crédit sans le financer, le problème est là, car, en cas de gros souci, les montants en jeux sont tellement énormes qu'il ne reste plus que l'état pour assumer. Vous comprenez mieux pourquoi le gouvernement fédéral US accroit sa dette de plus de 100 milliards de dollars par mois. D'ailleurs, le QE3 a été déclaré illimité dans le temps par Ben Bernanke lui-même.
Ceux qui pensent que la régulation en cours va résoudre le problème se trompent lourdement, car, je cite le comité de Bâle, « Les CDS par tranches et les CDS offrant une protection contre les pertes au énième défaut ne sont jamais admissibles. C’est, en particulier, le cas des instruments liés à une note de crédit et des positions de premières pertes. »

Le 28 septembre 2012, L' ISDA, l'Association Internationale des Swaps et Dérivés avait d'ailleurs mis en garde le Basel Committee on Banking Supervision (BCBS) ainsi que l' International Organization of Securities Commissions (IOSCO) au sujet de leur projet d'accroître les fonds propres sur produits dérivés. Elle n'allait  d'ailleurs pas par quatre chemins, et affirmait que de "telles demandes de liquidité pourraient causer une énorme pression sur le marché des liquidités avec la potentialité d'une dislocation significative de l'économie générale". "Such demands on liquidity could cause enormous pressure on market liquidity with the potential for significant dislocation to the general economy"dans le texte.

Source : ISDA 
   
Ce rapport est une bombe à lui seul, pourtant, ce que l'ISDA ne dit pas, c'est que les produits dérivés fonctionnent selon un schéma de Ponzi, c'est à dire que les nouveaux contrats permettent d'effacer les pertes, ce qui a conduit à l'exponentielle actuelle (632 000 milliards de dollars).
Pour résumer, il faut financer la dette et cela représente des montants tels, qu'exiger des fonds propres auprès des organismes financiers en couverture des CDS est impossible, à moins de les ruiner définitivement.
Tout le système repose sur la dette, car, sans elle, pas de consommation et sans consommation, pas de travail.


Pour rappel, le Monoline FSA, numéro quatre mondial des rehausseurs de crédit ou monoline (filiale de la banque franco-belge Dexia) a essuyé des pertes énormes entraînant Dexia dans le rouge.
Le lundi 8 novembre 2010, le monoline Ambac Financial, l'assureur obligataire américain,  s'était inscrit sous protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux Etats-Unis.
Ambac garantissait pour 700 milliards de dollars de ces instruments de dettes à comparer aux 400 milliards de dollars (selon les analystes d'IFR, un service de Thomson Reuters) de Lehman Brothers dont la faillite, le 15 septembre 2008 avait donné le coup d'envoi de la crise actuelle.
MBIA (NYSE: MBI) , le premier monoline sur le marché mondial est en grande difficulté et son titre s'effondre totalement. Que se passera-t-il lorsque les monolines feront faillite ?

Source : Zonebourse

Derrière la catastrophe financière se déroule un véritable drame humain.
1 237 025 procédures de saisies immobilières ont été comptabilisées aux USA au deuxième trimestre 2012.


Source page 49/70 : Office of the Comptroller of the Currency

Le chiffre à retenir est celui de 101 735, celui du nombre d'expulsés de leur maison (completed foreclosures page 50/70) soit 1118 expulsions par jour !

Le nombre de SDF aux USA n'est pas près de diminuer. Par exemple, le nombre de SDF à New York est passé de 28 700 en mars 1987 à 46 600 en août 2012 dont 19 000 enfants.

Source : http://www.coalitionforthehomeless.org/pages/basic-facts





jeudi 15 novembre 2012

L'économie mondiale en chute libre !



Pour mesurer le niveau des prix (un indice des prix en économie) du transport maritime de matière sèches, on utilise le BDI ou Baltic Dry Index.

Cet indice est un excellent indicateur de la future production industrielle. En effet, les matières sèches de cet indice concernent les minerais, les céréales, le ciment par exemple, autant de produits de base qui seront dans un proche avenir transformés.
Sur le graphique ci-dessous, 3 décrochages sont à noter. Le premier est directement lié à la crise initiée en septembre 2008 (faillite de Lehman Brothers), les deux autres prouvant que l'économie mondiale connaît une grave crise et que les problèmes ne sont pas résolus, loin de là !



 

L'indice de la pâte à papier, Northern Bleached Softwood Kraft ou NBSK, est lui aussi un excellent indicateur. Il nous démontre à son tour que l'économie mondiale rechute lourdement malgré les milliers de milliards injectés en pure perte.