vendredi 31 mai 2013

L'Economie Sociale et Solidaire : les monnaies fondantes



Les grands penseurs de l'économie n'étaient pas... des économistes !
Adam Smith et Marx étaient philosophes, Keynes, diplômé en mathématiques et haut fonctionnaire,  Friedrich August von Hayek et Joseph Schumpeter, docteurs en droit, David Ricardo, agent de change et, cerise sur le gâteau, Frédéric Bastiat avait quitté l'école à 17 ans.

Silvio Gesell n'échappe pas à la règle. N'ayant fait aucune étude universitaire, il devint fonctionnaire à la poste impériale allemande, puis commerçant.
Son cerveau non formaté par le moule universitaire imagina donc ce que je considère comme l'idée la plus extraordinaire en matière monétaire : une monnaie fondante.

Comme Ludwig Wittgenstein ou Kurt Gödel , Gesell est totalement inconnu du public, pourtant, son idée est totalement révolutionnaire.
Lorsque Gesell publia en 1916 L'Ordre économique naturel, il présenta en effet la théorie de la monnaie libre reposant sur la circulation d'une monnaie fondante, se dépréciant en fonction du temps.
Gesell rendait ainsi à Chronos (Saturne) ce qui lui appartient.
Une monnaie fondante a ainsi de nombreux atouts : 
  • pas d'inflation (perte de valeur dans le temps)
  • fin de la thésaurisation
  • circulation monétaire constante
  • le travail redevient l'élément clé de l'économie
  • pas d'intérêts
  • l'argent devient un outil social, il perd son caractère fétiche

Vous comprenez mieux pourquoi ce projet a eu très peu de publicité et mérite toute notre attention. Heureusement, certains n'ont pas oublié Gesell et tentent de mettre en application ses idées.
Le Chiemgauer par exemple est une monnaie régionale fondante créée en 2003 en Bavière.
Voici quelques éclaircissements :


video

jeudi 30 mai 2013

Vers une nouvelle économie, participative, sociale et solidaire



Pour beaucoup, il n'y a que deux systèmes économiques possibles : capitaliste ou socialiste.
Le modèle américain ou le modèle chinois pour résumer.
Or, ces modèles ont échoué, ce que démontre l'aggravation de la crise systémique, l'explosion du chômage et de la précarité .

Il existe cependant une autre alternative dont on parle peu : l'économie participative, sociale et solidaire.
Au menu : coopératives, monnaies complémentaires, banques de temps, SEL, Economie Autorégulée d'Albert Demichelis (j'y reviendrai bientôt).
Un système d'échange local (SEL) est un système d'échange de produits ou de services. L'avantage est de fonctionner en circuit fermé. Au sein d'un SEL, on échange des produits mais aussi des savoir-faire.

Les monnaies complémentaires sont ainsi au coeur de nombreux projets dont l'€VA , le Sol sur l’île de Saint Martin, la Mesure de Romans etc,etc.


video



vendredi 24 mai 2013

Démondialisation et conscience



Lorsque l'on parle de mondialisation, on entend tout et n'importe quoi.
Sur le plan économique il s'agit du développement à l'échelle planétaire de l'échange de marchandises, d'objets, l'alpha et l'oméga de la pensée matérialiste.
Or, un simple graphique permet de visualiser la situation.

Pour mesurer le niveau des prix (un indice des prix en économie) du transport maritime de matières sèches, on utilise le BDI ou Baltic Dry Index, une moyenne des prix pratiqués sur 24 routes mondiales de transport.

Comme je l'ai déjà écrit, cet indice est un excellent indicateur de la future production industrielle. En effet, les matières sèches de cet indice concernent les minerais, les céréales, le ciment par exemple, autant de produits de base qui seront dans un proche avenir transformés. Il permet ainsi de visualiser l'évolution de l'échange de marchandises.


Comme nous pouvons le constater, la sortie de crise, n'est pas à l'ordre du jour et, de plus, nous assistons ces derniers mois à une chute constante de cet indice qui est aujourd'hui, 24 mai 2013, à 828 points.
Nous retournons lentement mais sûrement  vers les abysses de la fin 2008 malgré les milliers de milliards de dollars injectés en pure perte.
Pour rappel, avant la crise, en mai 2008, l'indice avait atteint son record de 11 793 points.
Nous comprenons mieux ainsi la contraction de l'activité manufacturière en Chine qui s'inscrit dans un contexte mondial d'effondrement des échanges.
L'indice PMI des directeurs d'achat de la Chine publié il y a quelques jours par HSBC s'est établi à 49,6. Tombant sous la barre des 50, il indique clairement une contraction de l'économie chinoise (ce que j'analyse depuis quelques temps et qui a été tant critiqué).
Source : Reuters
Le miracle chinois est en pleine dissolution à l'exemple du rêve américain.
Ceux qui veulent imposer au monde le modèle économique chinois devraient donc réviser leur copie, car, en plus d'un écocide sans précédent, il s'avère incapable de résister au choc de la crise systémique actuelle.

La fin de la mondialisation des objets est un signe majeur de la transition vers une autre conception du monde. Il reste donc à chercher ailleurs des solutions et changer de paradigme à moins de sombrer dans la barbarie.
Les idées et expériences sont nombreuses (monnaies complémentaires, banques de temps, coopératives, nouvelle finance, etc, etc), il convient désormais de les fédérer et de développer enfin une économie participative, sociale, solidaire, replaçant l'homme et la protection de la planète au coeur des analyses.

Carl Gustav Jung dans un de mes livres de chevet, "Ma vie" (page 378), nous éclairait sur l'enjeu civilisationnel actuel :
"Certes, conséquence de la situation politique et des succès effroyables, voire démoniaques, de la science, on ressent des frissons secrets, des pressentiments obscurs. Mais on ne sait que faire, et bien peu nombreux sont ceux qui en tirent la conclusion que, cette fois-ci, il y va de l’âme de l’homme oubliée depuis longtemps."




mercredi 22 mai 2013

Vers l'hyperinflation ?


Lorsque j'ai décidé d'écrire une série d'articles sur la monnaie j'avais un but précis. Les économistes  dans leur ensemble  sont en effet tombés dans le piège fatal de la matière (pensée matérialiste) et raisonnent uniquement dans le cadre de la Masse (monétaire) alors que le facteur essentiel reste la Vitesse, c'est-à-dire le Temps.
Chronos n'était pas pour rien le père des dieux chez les grecs.

Il faut en effet rappeler que la grande loi (loi de Fisher) permettant de mesurer l'inflation et la déflation est MV = PQ.
M étant la Masse et V, la Vitesse (P=Prix et Q=Quantité de marchandises).
Or, lorsque l'on étudie les graphiques mesurant la Masse monétaire aux USA à l'aide des agrégats M1 et M2, l'on ne peut qu'être convaincus, en apparence, de l'hyperinflation aux USA :



Cependant, lorsque l'on étudie la Vitesse, le facteur Masse s'annule, car, la Vitesse de circulation s'effondre. Nous assistons donc à un processus de concentration de l'argent qui ne circule plus.




En l'état actuel des choses, il n'y aura donc pas d'hyperinflation. Ainsi, l'argent ne circulant plus, la seule hyperinflation visible concernera plutôt le chômage et la fortune des plus riches.


samedi 18 mai 2013

21 219 enfants SDF à New York !



Pour mesurer l'état de l'économie, la plupart des spécialistes se réfèrent à des indices tels que le taux de chômage.
Or, nous le savons, le taux de chômage est facilement manipulable et ne reflète en rien le degré d'activité d'un pays.
J'ai d'ailleurs donné l'explication de cette soi-disant baisse sur mon blog .

"L'indice SDF" est pour moi bien plus représentatif de l'état de délabrement d'une économie.
Or, les seuls chiffres de référence concernant les USA sont ceux du nombre de SDF à New York.
Coalition for the homeless, une organisation créée en 1981, collecte toutes ces informations et réalise un travail exceptionnel pour lutter contre ce cancer des économies modernes.

Comme l'indique le graphique ci-dessous, le nombre de SDF explose.



Plus inquiétant et sordide, le nombre d'enfants SDF ne cesse d'augmenter et représente la majeure partie du nombre total des sans-abris.
Plus de 21 219 enfants sont aujourd'hui SDF à New York. Pour rappel, ils étaient 15 069 au mois de juin 2009 !



Source : Coalitionforthehomeless.org

Compte tenu de l'augmentation exponentielle du nombre d'enfants SDF sur l'ensemble du territoire américain, le chiffre de 1,5 millions d'enfants sans-abris a sûrement lui aussi explosé.

mercredi 15 mai 2013

Spéculer sur la mort !



L'industrie financière imagine sans cesse de nouveaux produits "innovants".
Evalué à 35 milliards de dollars, le business de la mort ne pouvait échapper à la rapacité des financiers.
La spéculation sur la mort, un marché en pleine vitalité, permet en effet des rendements à deux chiffres.


video